L’hypothèse du phénotype économe et les problèmes auditifs

En cherchant des solutions à la perte auditive neurosensorielle (SNHL) induite par l’âge ou le bruit Nous nous sommes intéressés à l’hypothèse du phénotype économe car les maladies liées à cette hypothèse sont parfois liées au SNHL.1 Selon l’hypothèse, les événements de la vie fœtale, comme la malnutrition, peuvent provoquer des maladies à l’âge adulte. Le fœtus mal nourri fait des adaptations métaboliques, qui peuvent devenir programmées en permanence, persistant tout au long de la vie et causant des maladies plus tard dans la vie. Par exemple, les maladies cardiovasculaires, l’hypertension, l’obésité et l’hypercholestérolémie sont liées à une réduction de la croissance fœtale, reflétée par une réduction de la taille de naissance et à la SNHL.Les mécanismes de l’hypothèse du phénotype économe sont incertains, mais liés au facteur de croissance insulinique I ( IGF-I) ont été suggérés. Au cours du développement, l’IGF-I est crucial pour plusieurs organes. Cela inclut la taille de la cochlée et des neurones auditifs; l’innervation des cellules sensorielles auditives; et la survie postnatale, la différenciation et la maturation des cellules ganglionnaires auditives.3 Les nouveau-nés retardés de croissance intra-utérins et les grossesses mal nourries ont des concentrations plus faibles d’IGF-I. Dans le syndrome de Turner, la SNHL est associée à une petite taille et à des concentrations plus faibles d’IGF-I.4. Pour tester l’hypothèse du phénotype économe sur la SNHL, nous avons réanalysé les données de deux échantillons précédents, en supposant que les personnes de petite taille sont surreprésentées.