L’association de l’infection par le virus respiratoire syncytial et de la grippe avec des admissions d’urgence pour les maladies respiratoires à Londres: une analyse des données de surveillance courante

Contexte L’importance de l’infection par le virus respiratoire syncytial chez les adultes n’est pas bien connue, car les tests de laboratoire ne sont pas courants. L’infection par le VRS et la grippe sont saisonnières et il est difficile de démêler l’infection. Les hospitalisations d’urgence pour maladie respiratoire d’avril à mars ont été analysées en relation avec les données de surveillance sur l’infection à VRS et la grippe, en utilisant des modèles de régression de Poisson adaptés aux séries temporelles et ajustés pour la saison, la température extérieure et d’autres covariables. La plupart des relations brutes d’admissions d’urgence de patients infectés par le VRS ont été confondues par saison et, dans une moindre mesure, par des températures froides. Après ajustement pour toutes les covariables, y compris la grippe, une augmentation du Le nombre de VRS est défini comme le nombre quotidien de les ports de RSV étaient associés à un rapport de taux de% IC, – pour les admissions d’urgence pour les maladies respiratoires chez les nourrissons Le taux d’hospitalisation attribuable à l’infection à VRS chez les enfants âgés de & lt; l’année était par les nourrissons par an L’association dans les gens ⩾ ans était le rapport de taux beaucoup plus petit; % CI, -; taux d’hospitalisation attribuable, par population; Contrairement à l’association chez les nourrissons, cette association est devenue plus petite à mesure que l’intervalle entre l’infection et l’hospitalisation diminuait. Les taux d’admission imputables à la grippe étaient les plus élevés dans le groupe d’âge de ⩾ être un déterminant important de l’hospitalisation chez les nourrissons dans cet ensemble de données, mais semble moins certain pour les personnes âgées et nécessite une enquête plus approfondie

Les vaccins contre le VRS du virus respiratoire syncytial candidat sont conçus non seulement pour prévenir la bronchiolite chez les nourrissons, mais aussi pour réduire la mortalité hivernale chez les personnes âgées. Le VRS et la grippe sont des agents étiologiques des hospitalisations dues aux maladies respiratoires chez les personnes âgées. L’ampleur de l’impact de l’infection à VRS sur les adultes n’est pas clairement connue. Une étude de cohorte récente de patients atteints d’une maladie pulmonaire chronique aux États-Unis, qui a comparé les taux de l’hospitalisation due à une maladie cardiopulmonaire pendant la saison d’infection au RSV et l’été, suggérait que% des hospitalisations dues à une maladie cardiopulmonaire étaient attribuables à l’infection à VRS chez les personnes âgées ⩾ ans , similaire aux infections attribuables à la grippe dans ce groupe d’âge. semble, d’une analyse écologique de la mortalité par opposition aux hospitalisations dans le United Kin De plus, elle est submergée par les excès annuels de mortalité hivernale Une analyse écologique plus récente des tendances temporelles des décès aux États-Unis, qui utilisait un simple terme trigonométrique pour ajuster Les variations saisonnières suggèrent que le VRS est une cause de décès moins importante que le virus grippal A, sauf chez les nourrissons . De telles analyses ont commencé à séparer le rôle du VRS d’un effet général de la saison et de l’infection grippale. température froide Des méthodes statistiques améliorées développées pour l’étude de la pollution atmosphérique et de la santé promettent toutefois de mieux démêler les causes spécifiques de variation potentielles. Dans notre étude, nous avons utilisé ces nouvelles méthodes pour quantifier le fardeau spécifique de la maladie. et la grippe en termes d’hospitalisations dans le Grand Londres

Méthodes

Les données stratifiées par âge sur les hospitalisations d’urgence parmi les résidents du Grand Londres, avril – mars, ont été obtenues auprès du ministère de la Santé Les maladies respiratoires ont été diagnostiquées selon les directives du Centre national de statistiques sanitaires. champ de cause d’admission pour chaque enregistrement Nous avons utilisé les données des rapports de laboratoire au Service de laboratoire de santé publique, à partir desquelles les dénombrements régionaux ont été établis pour les semaines précédant le jour d’admission de chaque patient, comme marqueurs du VRS et de la grippe circulants. La sensibilité des résultats à la variation de ce délai a été évaluée. Les données météorologiques quotidiennes des températures maximales et minimales, l’humidité relative à AM et PM, et la pression de vapeur ont été fournies par le Bureau météorologique. Station météorologique de Heathrow La température moyenne quotidienne et l’humidité relative ont été calculées la moyenne de leurs valeurs respectives, basses et hautes respectives Les concentrations journalières moyennes de particules particulaires en suspension dans l’air et la valeur moyenne chaque jour des concentrations maximales d’ozone mesurées à chaque période ont été obtenues pour les stations de surveillance de Bexley dans le sud-est de Londres. du réseau national de surveillance de la qualité de l’air tenu par le Centre national des technologies environnementales à CulhamLa régression de Poisson adaptée aux séries chronologiques, un modèle largement développé pour étudier les associations de La pollution de l’air et les effets sur la santé L’effet du VRS sur les hospitalisations pour maladie respiratoire a été distingué des effets de la température et de la grippe en ajoutant ces derniers comme facteurs dans le modèle. jour supprime la nécessité de contrôler les facteurs de confusion classiques, tels que smokin g ou la répartition par âge parmi la population, car ils ne changent pas beaucoup sur une courte période de temps, contrairement à l’exposition principale d’intérêt ici, le risque d’exposition aux virus respiratoires circulants Nous avons utilisé une variable indicatrice pour chaque mois de l’année pour contrôler pour la saison et un an pour contrôler la tendance séculaire La température a été modélisée en utilisant un terme linéaire pour la moyenne thermique pour les intervalles de – jours et la moyenne froide pour les intervalles de – jours au-dessus et en dessous des valeurs Un paramètre de dispersion d’échelle Pearson a été utilisé pour tenir compte de la légère surdispersion présente dans tous les modèles. L’inspection des résidus du modèle a suggéré que, même après inclusion de toutes les covariables, l’admission les niveaux d’un jour donné étaient encore corrélés avec ceux jusqu’à plusieurs jours auparavant; Les termes autorégressifs ont été inclus dans tous les modèles Les résultats sont présentés comme le rapport de taux RR pour un changement au troisième percentile du nombre de VRS et / ou de la grippe défini comme le nombre quotidien de rapports de VRS ou de grippe après ajustement pour cette corrélation sérielle. Le choix des autres échelles changerait la taille des RR, mais pas l’importance de leur signification statistique. La proportion des admissions attribuables à l’infection par le VRS et à la grippe a été calculée en utilisant les RR ajustés pour le VRS ou la grippe pour chaque jour de la série. RR- × Le taux d’admission attribuable par population et par an a ensuite été calculé en divisant le nombre attribuable d’admissions calculé comme proportion attribuable × nombre total d’admissions par la population résidente de London pour le groupe d’âge concerné. Toutes les analyses ont été effectuées avec le logiciel Stata, version Stata

Résultats

Bien qu’une proportion élevée d’admissions d’urgence pour des maladies respiratoires se soit produite chez les enfants, en particulier chez les personnes âgées. Les données de surveillance pour le VRS et la grippe ont montré une forte saisonnalité, avec des pics durant les mois d’hiver, où les admissions à l’hôpital dues aux maladies respiratoires sont également les plus élevées. Les modèles de régression non ajustés suggèrent une augmentation du dans le compte de RSV a été associée à une augmentation du taux d’admission pour les maladies respiratoires chez les enfants de moins de 18 ans; Cependant, une grande partie de l’association entre infection à VRS et admission pour maladie respiratoire semble s’expliquer par la saisonnalité et, dans une moindre mesure, par la température ambiante, parce que les ratios ajustement pour ces facteurs Après l’inclusion de toutes les covariables, y compris la pollution de l’air, l’humidité et les indicateurs des jours fériés, les estimations ponctuelles de l’hospitalisation associée au VRS étaient toutes proches, sauf chez les enfants de moins de 10 ans. Pour les nourrissons, le risque d’admission avec une activité RSV élevée définie comme le% supérieur de jours inclus dans l’analyse, lorsque le nombre de VRS était le plus élevé, était supérieur à celui des jours où l’activité du VRS était faible. jours inclus dans l’analyse, lorsque les comptes de VRS étaient les plus bas, et cela semble être indépendant de l’effet de la grippe sur l’admission à l’hôpital. Chez les personnes âgées de ⩾ ans, il y avait un% mais le risque était sensible à la période de latence utilisée

Table View largeTélécharger la diapositiveRésumé des données quotidiennes concernant les hospitalisations d’urgence pour les maladies respiratoires, avril -Mars Table View largeTélécharger la diapositiveRésumé des données quotidiennes concernant les hospitalisations d’urgence pour les maladies respiratoires, avril-mars

Figure Vue largeDownload slideDistribution annuelle moyenne des admissions à l’hôpital associées aux maladies respiratoires, adm admises à Londres, VRS et numération grippale définie comme le nombre quotidien de rapports de laboratoire sur le VRS et la grippe, et la température extérieure moyenne, en ° CFigure hospitalisations associées à des maladies respiratoires ou adm admises à London, au VRS et au nombre de cas de grippe attribuable au nombre quotidien de rapports de laboratoire signalant le VRS et la grippe et la température extérieure moyenne, en ° C

DiapositiveTaux d’évaluation pour l’admission d’urgence à l’hôpital pour une maladie respiratoire associée à une augmentation du taux de virus respiratoire syncytial au troisième percentileTable Voir grandDownloadRatio des taux pour l’admission d’urgence à l’hôpital pour une maladie respiratoire associée à une augmentation du nombre de virus respiratoires syncytiaux

Figure Vue largeDisque de téléchargement Relation ajustée du nombre de rapports RSV définie comme le nombre quotidien de rapports de laboratoire du VRS avec rapport de taux d’hospitalisation d’urgence en raison d’une maladie respiratoireFigure View largeTélécharger la diapositive Relation ajustée du nombre de VRS définie comme le nombre quotidien de rapports de VRS avec taux ratio de l’admission à l’hôpital d’urgence due à une maladie respiratoireLe délai de prise en compte des rapports de laboratoire avant les admissions a peu modifié les résultats dans les groupes d’âge jeunes. les RR pour les admissions associées à l’infection par le VRS dans le groupe d’âge des personnes âgées étaient respectivement de% IC et de CI, respectivement, Dans le groupe d’âge de ⩾ ans, le RR a augmenté à partir des rapports de – jours avant l’admission; % CI, -, à partir des rapports de – jours avant l’admission; Les résultats du tableau de la grippe et de la figure suggèrent également une association non ajustée avec l’admission d’urgence pour les maladies respiratoires, mais encore une fois, cela est principalement dû à la saison et à la température. L’effet de la grippe sur les admissions à l’hôpital n’a pas pu être observé chez les personnes âgées de moins de 18 ans; % CI, – Les estimations sont restées inchangées lorsque le décalage a été modifié RR; % CI, – pour un décalage de – jours; et RR,; % IC, – pour un décalage de – jours Il y avait, cependant, des associations claires et robustes entre les admissions dues aux maladies respiratoires et l’activité grippale chez les adultes, en particulier chez ceux âgés de ⩾ ans RR; % IC, -, avec RR de% CI, – avec un décalage de – jours entre infection et hospitalisation, et IC%, – avec un décalage de – jours

Table View largeDownload Ratio des ratios pour l’admission d’urgence à l’hôpital pour une maladie respiratoire associée à une augmentation du nombre de cas de grippe au XXIe siècleTable View largeTarifs de taux d’hospitalisation pour une maladie respiratoire associée à une augmentation du nombre de cas de grippe

Figure Vue largeDisque de téléchargement Relation ajustée du nombre de cas de grippe définie comme le nombre quotidien de rapports de laboratoire de la grippe avec rapport de taux d’hospitalisation d’urgence en raison d’une maladie respiratoireFigure View largeTélécharger la diapositive Relation ajustée du nombre de cas de grippe définie comme le nombre quotidien de rapports de ratio des admissions hospitalières d’urgence dues à des maladies respiratoiresDans les modèles finaux, le pourcentage d’admissions attribuables aux infections à VRS chez les nourrissons âgés de & lt; Les taux d’admission attribuables à l’infection par le VRS étaient par nombre d’admissions par année calculé d’après le nombre moyen d’admissions respiratoires par jour dans le groupe d’âge du troisième âge, multiplié par, divisé par la population âgée & lt; année, multiplié par tableau Avec l’hypothèse supplémentaire qu’une période de semaines entre l’infection et l’admission était spécifiquement requise chez les personnes âgées de ⩾ ans,% des admissions étaient attribuables à l’infection par le VRS, ce qui correspond au taux moyen d’admission par des taux d’admission respiratoire d’urgence attribuables à la grippe chez les personnes âgées de ⩾ ans était de% Cela se traduit par un taux moyen d’admission par habitant par année

Vue de la table grandDownload slidePourcentage et taux de toutes les admissions d’urgence pour les maladies respiratoires attribuables à l’infection à VRS et à l’influenzaTable View largeTélécharger la diapositivePourcentage et taux de toutes les admissions d’urgence pour les maladies respiratoires attribuables à l’infection à VRS et à la grippe

Discussion

d États âgés de & gt; On a estimé que l’incidence des infections pulmonaires chroniques était attribuable à l’infection par le VRS La confusion causée par d’autres facteurs variables, notamment le temps froid, n’a pas été exclue. les taux diminuent après ajustement pour la saison et la température Ceci reflète la corrélation étroite des deux infections avec la saison. Une telle inclusion de variables étroitement corrélées réduit la précision de l’effet de la variable d’intérêt, c.-à-d. général, biaiser les estimations ponctuelles à la baisse, c.-à-d. provoquer un ajustement excessif Un tel biais peut être causé par une erreur de mesure classique dans l’infection comme mesure de l’infection circulante, et ce biais augmente en présence d’autres prédicteurs. fortement corrélée avec le nombre d’infections, surtout si ces autres prédicteurs sont mesurés avec une erreur nulle ou moindre Deux facteurs, en En plus d’un petit nombre, cela pourrait avoir contribué à la relation apparemment faible entre l’infection par le VRS et les taux d’admission d’urgence, sauf chez les personnes de moins de 17 ans: réduction du nombre de lits d’hôpitaux, surtout en hiver La similitude de nos estimations des admissions dues à l’infection à VRS chez les nourrissons avec d’autres estimations suggère que ces biais sont peu susceptibles d’être importants, mais cette dernière source de biais peut être plus importante chez les nourrissons avec d’autres estimations. adultes, car les données de surveillance du VRS proviennent principalement de nourrissons hospitalisés pour bronchiolite Notre estimation selon laquelle la grippe représente un peu plus du% des admissions d’urgence dues aux maladies respiratoires par admissions associées aux maladies respiratoires chez les personnes âgées de ⩾ ans constatant qu’en moyenne, les admissions associées aux maladies respiratoires chez les personnes âgées de ⩾ ans en Angleterre par Les épisodes d’infection respiratoire se produisent chaque année dans ce groupe d’âge et dans le temps, données non publiées, les statistiques des épisodes d’hospitalisation, ce qui signifie que% des les admissions associées à une maladie, ou un taux d’admissions par admission pour les personnes âgées de ⩾ ans étaient attribuables à la grippe Des taux similaires – par admission ont été observés aux États-Unis à partir d’un modèle contrôlant la saison et les tendances dans le temps. Le taux de vaccination dépendra toutefois du taux de vaccination de la population étudiée – qui a augmenté au cours des dernières décennies pour atteindre% chez les personnes âgées de ⩾ ans durant l’hiver – Un résultat surprenant est l’absence d’association entre hospitalisations de nourrissons et de la grippe, bien qu’une petite association existe chez les enfants plus âgés et les adultes plus jeunes. La vaccination chez les enfants est Ce n’est probablement pas la raison, car au Royaume-Uni, il n’est recommandé que pour les personnes ayant des problèmes de santé qui les exposent à un risque élevé de grippe, avec une couverture d’un peu plus de 2% . les diagnostics confirmés suggèrent un taux d’hospitalisation de ~ par population, mais avec un biais potentiellement croissant de seulement des taux de réponse modérés de% à un peu plus de% Taux d’hospitalisation différences entre les saisons avec grippe circulante aux États-Unis Le problème, toutefois, dans cette dernière analyse était que le rôle confondant des autres effets liés aux conditions météorologiques n’était pas pris en compte. Ainsi, bien que la plupart des autres études soient en accord avec nos résultats, il y a moins d’admissions chez les nourrissons. attribuable à la grippe qu’à l’infection par le VRS, un taux important d’admissions liées à la grippe chez les nourrissons n’a pas été observé. En résumé, nous avons testé l’utilisation du mode Nous notons que le contrôle de la confusion par des facteurs saisonniers, tant les virus sont hautement saisonniers, que leur influence sur les estimations de l’association. Un contrôle rigoureux de la saison et de la température est un préalable à toute approche similaire pour estimer l’impact de ces infections virales sur les admissions. La petite influence de l’infection par RSV en dehors du groupe d’âge et la difficulté de mesurer les taux attribuables à la grippe chez les nourrissons suggère la nécessité d’analyses plus approfondies d’ensembles de données d’hospitalisations plus importants ainsi que de mortalité et de mesures plus précises de la transmission communautaire des virus respiratoires Les méthodes utilisées dans cet article sont potentiellement utiles dans les contextes où la confirmation virologique des causes n’est pas possible , ainsi que d’évaluer périodiquement la morbidité liée à l’hiver évitable et la mortalité

Remerciements

Soutien financier Ministère de la Santé / aux PM; Récompense de chercheur de carrière de santé publique Exécutif de NHS, CCB / BS / PHCS aux conflits d’intérêt de PWPotential Tous les auteurs: aucun conflit