L’Association médicale mondiale condamne le harcèlement des agents de santé en Cisjordanie et à Gaza

L’Association médicale mondiale a condamné la semaine dernière le ciblage et le harcèlement des agents de santé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Faisant écho aux commentaires du Comité international de la Croix-Rouge et de l’Organisation mondiale de la santé, le secrétaire général, Delon Human, a déclaré que l’association soulèverait la question à l’ONU plus tard ce mois-ci. Selon lui, le risque d’infection par des corps non enterrés était particulièrement préoccupant. Depuis le début du mois d’avril, 28 membres du Croissant-Rouge palestinien ont été arrêtés par les forces israéliennes. Le 1er avril, trois équipes d’ambulanciers ont été arrêtées peu de temps après avoir quitté leur station en cas d’urgence. Le président de la société, Younis Al-Khatif, a été arrêté avec eux. Les équipes d’ambulanciers et Al-Khatif ont été relâchées le lendemain d’un torrent de protestations d’autres organisations nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Six autres membres du personnel du Croissant-Rouge ont été arrêtés le 10 avril alors qu’ils soignaient des malades et blessés en Cisjordanie ville de Djénine, qui a été fermée par ordre des forces de défense israéliennes. Alors que le BMJ allait mettre sous presse, un ambulancier paramédical était toujours en détention, on ignore où il se trouvait. Israël prétend que les ambulances de la société ont été utilisées pour la contrebande d’armes, bien qu’aucune charge n’ait été retenue dans aucune des arrestations palpitations. Trois travailleurs du Croissant-Rouge palestinien ont été tués depuis le début de l’Intifada et 140 ont été blessés. Le 4 mars, le chef des services médicaux d’urgence à Djénine a été tué lorsque deux des ambulances de la société auraient été tirées par des soldats israéliens dans un bâtiment voisin. Cinq autres agents de santé ont été blessés lors de cette attaque. Des témoins ont affirmé que les soldats avaient tiré sur des ambulanciers paramédicaux essayant d’atteindre leurs collègues pris au piège dans les ambulances en flammes. Un ambulancier de l’ONU a également été tué. Le service d’ambulance humanitaire israélien, Magen David Adom, a déclaré que les ambulances palestiniennes devraient pouvoir circuler librement. Le Magen David Adom et la Société du Croissant-Rouge palestinien ont publié des déclarations conjointes déclarant leur condamnation de toutes les attaques sur les ambulances et leur détermination à continuer à soigner les malades et les blessés indépendamment de leur nationalité.Avi Zohar, directeur général de Magen David Adom, a déclaré Des travailleurs de son organisation ont été tués et 11 autres blessés alors qu’ils effectuaient un travail humanitaire. Le 31 mars, un kamikaze palestinien a fait exploser une bombe dans une ambulance Magen David Adom en Israël, blessant quatre membres du personnel.