La saison froide n’est pas une guerre de territoire

Le nouveau partenariat GRIP Australie est la première étape vers l’abolition des barrières entre les médecins généralistes et les pharmaciens, selon un médecin généraliste de Sydney et ancien président de l’AMA de Nouvelle-Galles du Sud.

Le Dr John Gulotta (photo) dit que les pharmaciens sont souvent le premier point de contact pour les patients souffrant de symptômes associés au rhume et / ou à la grippe, et qu’un rôle plus important de la profession dans ce domaine ne doit pas être considéré comme une guerre ‘.

La branche locale de la campagne du Partenariat mondial contre les infections respiratoires (GRIP), lancée plus tôt en avril 2015, soutient le traitement symptomatique des patients souffrant d’infections des voies respiratoires supérieures (UTRI).

Selon le Dr Gulotta, le but du groupe est d’éduquer la communauté et d’autres professionnels de la santé sur l’utilisation rationnelle des antibiotiques.

«Dans la plupart des cas, les jeunes que nous voyons veulent simplement un certificat de médecin parce qu’ils ont pris congé de leur travail», explique le Dr Gulotta.

«Je sais qu’il peut y avoir de la pression pour prescrire quand un patient vient vous voir mais nous devons considérer les autres options – dans la plupart des cas, c’est juste un jour de congé», dit-il.

Dr Gulotta croit que l’initiative est la première étape de rassembler les pharmaciens et les généralistes pour une histoire de «bien-être».

« Je pense que c’est la première fois que quelque chose de formel a été fait et cela montre que nous collaborons avec eux [les pharmaciens]. »

« Ce n’est pas une guerre de territoire – nous avons besoin de la participation des pharmaciens – ils constituent souvent la première ligne de défense en matière de soins aux patients. »

Le Dr Gulotta dit que plusieurs des patients qu’il a déjà vus ont déjà consulté un pharmacien, ce qui démontre qu’ils sont le premier point de contact lorsqu’ils ont mal à la gorge ou à la toux.