Faible adhésion des fournisseurs de VIH aux lignes directrices pour le dépistage du carcinome hépatocellulaire dans la co-infection VIH / hépatite B

Contexte À l’ère du traitement combiné du virus de l’immunodéficience humaine VIH, maladie hépatique et carcinome hépatocellulaire Les CHC sont des causes majeures de décès chez les patients co-infectés par le VIH et le virus de l’hépatite B HBV Le critère d’évaluation principal de l’adhésion du VIH aux recommandations de dépistage du CHC a été comparé à celui des hépatologues dans un grand centre médical universitaire métropolitain epilepsie. Les recherches dans les bases de données médicales par les codes de la CIM ont été utilisées pour identifier le VIH. / VHB coinfectés n = et VHB monoinfectés n = patients qui ont été vus au moins deux fois pendant une période d’une année dans les cliniques externes L’observance des directives AASLD a été évaluée par examen des dossiers. La connaissance des prestataires a été évaluée par un sondage anonyme volontaire avec des questions basées sur les connaissances. Au cours de la dernière année, seulement% du VIH / VHB co-infecté les patients vus dans les pratiques VIH ont terminé le dépistage du CHC par rapport au% des patients monoinfectés par le VHB dans les pratiques hépatologiques P & lt; De même, les fournisseurs de VIH surveillaient moins fréquemment la charge virale du VHB P & lt; , HBeAg / anti-HBe P & lt; HBsAg / anti-HBs P & lt; Les auto-évaluations et les scores de connaissances étaient similaires chez les fournisseurs de VIH et les hépatologues. Conclusions Les prestataires de VIH ont prescrit moins de tests de dépistage du CHC et de dépistage du VHB que les hépatologues dans un seul centre médical universitaire. le recours à des indicateurs de qualité pour les soins, les patients et les fournisseurs bénéficieront d’une plus grande adhésion aux lignes directrices établies

Virus de l’hépatite B, co-infection VIH / VHB, directives de prise en charge, carcinome hépatocellulaireEnviron 100% des personnes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine VIH présentent des signes d’infection antérieure ou active par le VHB [ Les patients co-infectés par le VIH et le VHB ont des taux accrus de réplication du VHB, des taux plus élevés de progression vers la cirrhose et des taux plus élevés d’antigène de l’hépatite B positifs pour l’HBeAg que les patients monoinfectés par le VHB HART, cirrhose du foie et carcinome hépatocellulaire Les CHC sont désormais des causes majeures de décès Les patients co-infectés par le VIH et le VHB sont plus susceptibles de mourir d’une maladie du foie que ceux qui ont la monoinfection du VIH, et presque plus susceptibles de mourir que ceux ayant une monoinfection du VHB Le risque de CHC est sept fois plus élevé chez les patients co-infectés par le VIH / VHB que chez ceux L’association américaine pour l’étude des maladies hépatiques AASLD publie des directives de pratique pour aider les prestataires à soigner les patients atteints de CHB chronique du VHB Ces directives décrivent la fréquence proposée de surveillance de la charge virale HBV, des tests hépatiques, de l’hépatite B antigène de surface HBsAg et anticorps anti-HBs, HBeAg et anticorps anti-HBe, et dépistage du HCC Les recommandations recommandent également la vaccination contre l’hépatite A virus HAV chez les patients non immunisés Les recommandations AASLD pour la gestion du CHB et pour le traitement du carcinome hépatocellulaire dépistage tous les mois pour les personnes à haut risque: hommes asiatiques âgés de plus de 20 ans ou femmes, Africains avec mention des Noirs nord-américains comme groupe à risque potentiel, patients présentant une cirrhose ou des antécédents familiaux de CHC et patients présentant des taux élevés persistants de VHB ADN, c’est-à-dire, plus de IU / mL copies / ml et âge plus La connaissance du fournisseur et le respect de ces lignes directrices est très variable Seuls 45% des médecins de soins primaires de San Francisco ont déclaré être familiers avec les directives de prise en charge du VHB Quarante-cinq pour cent des patients CHB vus par un groupe divers de prestataires dans un grand centre médical universitaire de Boston n’avaient pas subi de dépistage approprié. Les fournisseurs de VIH gèrent généralement à la fois le VIH et le VHB chez leurs patients co-infectés Bien que le traitement médical ait été simplifié grâce à l’utilisation de médicaments contre le VIH et le VHB, plusieurs aspects de la prise en charge du CHB sont recommandés par l’AASLD. Bien que% des patients co-infectés par le VIH / VHB aient une charge virale VIH vérifiée avant le début du traitement antirétroviral, seulement% des patients suivis par les prestataires VIH dans un grand centre de référence à Dallas ont été évalués pour la charge virale du VHB et sérologie De plus, seulement% de ces patients co-infectés ont subi une surveillance par imagerie pour le CHC dans les mois suivant le VIH / H. Bien que la co-infection VIH ne soit pas un facteur de risque défini par AASLD pour le CHC, les données soutiennent son association avec un risque accru de CHC Cette étude visait à caractériser les pratiques des fournisseurs de VIH pour les soins de co-infection VIH / VHB et les facteurs de risque pour le CHC L’étude a testé l’hypothèse selon laquelle les prestataires du VIH sont moins sensibilisés aux lignes directrices de l’AASLD CHB et respectent les lignes directrices de l’AASLD CHB, en particulier en ce qui concerne le dépistage du CHC, que les hépatologues d’un grand centre médical universitaire métropolitain

Méthodes

Population étudiée

Les bases de données médicales de l’entrepôt de données du Sinaï ont été identifiées par la base de données du dossier médical du Mount Sinai. La recherche dans la base de données a généré des enregistrements de patients vus dans des sites de pratique du VIH et facturés à la fois pour le VIH et l’hépatite Soins du VIH et du VHB Les patients ont été exclus s’ils n’avaient pas été exclus du CHB, s’ils n’avaient pas été vus au moins deux fois au cours de la période désignée ou s’ils étaient décédés au moment de l’exclusion des données. groupe, les patients atteints de CHB définis ci-dessus qui recevaient des soins dans une pratique d’hépatologie au Mount Sinai ont été identifiés en utilisant le Critères d’inclusion décrits ci-dessus produisant des dossiers Les patients étaient exclus s’ils n’avaient pas été exclus du CHB, s’ils n’avaient pas été vus au moins deux fois au cours de la période désignée, s’ils étaient décédés au moment de l’exclusion des données ou s’ils ont été vus seulement par les chirurgiens hépatobiliaires. Un logiciel SAS a été utilisé pour sélectionner au hasard des patients de ce groupe VHB pour chaque sujet co-infecté VIH / VHB apparié sur le sexe, âge supérieur / inférieur ou inférieur au nombre d’années et valeur plaquettaire supérieure / égale ou inférieure aux cellules / μL Ces critères ont été sélectionnés pour fournir des groupes à risque similaire pour la maladie hépatique et le CHC avec numération plaquettaire utilisée comme substitut de la fibrose hépatique avancée / hypertension portale, et la limite d’âge comme discriminant parce que cela est considéré comme la limite d’âge pour le risque de CHC. l’achèvement de la collecte des données, les patients ont été exclus du groupe de monoinfection du VHB en raison de la co-infection par le VIH donnant lieu à une cohorte finale de VHB du sujet. des sujets co-infectés par le VIH / VHB ont été vus dans les pratiques de VIH pour les soins du VIH et du VHB; certains ont également été vus par un fournisseur de services de lutte contre la co-infection VIH / hépatite dans leur pratique primaire du VIH. Des sujets atteints de monoinfection du VHB ont été vus en pratique hépatologique

Collecte de données

Les données suivantes ont été collectées: âge à la première visite avec surveillance du CHB pendant la période d’étude, sexe, origine ethnique, site de la clinique, antécédents familiaux de CHC, collecte de données par un seul auteur BH dans une base de données codée. Statut VIH, statut hépatite C VHC, statut hépatite A, immunité au VHA, médicaments utilisés pour traiter le CHB et / ou le VIH, visite séparée de la charge virale associée au VHB, numération plaquettaire, HBeAg et anti-HBe, HBsAg et anti-HBs de chaque visite, et si le CHC était terminé pendant l’année, y compris la modalité d’imagerie et si le CHC était retrouvé. Toutes les études d’imagerie étaient interprétées par les radiologistes. En outre, les valeurs de charge virale CD et VIH étaient enregistrées chez les sujets co-infectés VIH / VHB. Le comité de révision de l’école de médecine Icahn du Mont Sinaï a été dirigé conformément à l’accord d’Helsinki

Critères d’étude

Les critères d’évaluation secondaires comprenaient le respect des directives de prise en charge de l’AASLD CHB pour la surveillance des charges virales du VHB, la mesure de l’AgHBe et de l’AgHBs chez les patients AgHBe négatifs et l’état immunitaire du VHA. Le respect des directives de gestion du CHB, la comparaison des charges virales du VIH et du VHB avec les taux de dépistage du CHC et l’incidence de la survenue de CHC ont également été évalués.

Analyses statistiques

Un modèle logistique multivariable a été utilisé pour déterminer si la pratique du VIH ou de l’hépatologie affectait les pratiques de dépistage du CHC. Les prédicteurs inclus étaient: VIH / VHB ou infection par le VHB, âge, sexe, race blanche, asiatique, noire, hispanique, etc. Tout d’abord, la relation entre chaque prédicteur individuel et le résultat a été analysée en utilisant t-test ou Wilcoxon Sum Rank test pour les prédicteurs continus et χ ou Fisher test exact pour les prédicteurs catégoriques Tous les prédicteurs significatifs au niveau ont été inclus dans le premier modèle Ensuite, les prédicteurs les moins significatifs ont été exclus individuellement, réexécutant le modèle après chaque exclusion Seules les covariables avec les valeurs P sont restées inférieures au modèle finalToutes les analyses ont été effectuées en utilisant R version de base http: // wwwR-projectorg

Enquête auprès des fournisseurs

Un sondage en ligne a été envoyé en novembre aux prestataires VIH et hépatologues de notre institution pour évaluer leur connaissance des directives de gestion AASLD CHB et collecter des données démographiques. La plupart des bénéficiaires ont été des prestataires de soins pendant la période d’examen des dossiers. les connaissances ont été évaluées par des questions à choix multiples basées sur les directives AASLD avec un score composite dérivé du pourcentage moyen de réponses correctes L’enquête a été administrée par l’outil en ligne SurveyMonkey SurveyMonkey Inc, Palo Alto, Californie configuré pour ne pas capturer les adresses IP ou les noms est fourni dans l’annexe supplémentaire

RÉSULTATS

Caractéristiques du patient

Le tableau comprend les caractéristiques démographiques et cliniques des sujets Il y avait une différence significative dans l’ethnicité, car la majorité des patients vus dans les cliniques VIH étaient% noirs / afro-américains%, et la majorité des patients vus dans les cliniques hépatiques étaient%, P & lt; Les sujets traités en hépatologie présentaient des taux significativement plus élevés d’antécédents familiaux et personnels de CHC comparés aux patients traités en VIH. Les médicaments utilisés pour traiter le VHB différaient significativement entre les groupes ayant une association fixe ténofovir-emtricitabine et la lamivudine plus fréquemment utilisés pour le VIH / VHB. patients, et le ténofovir, l’entécavir et l’adéfovir utilisés plus couramment dans les pratiques hépatologiques Il n’y avait pas de différence significative entre les scores FIB suggérant une cirrhose FIB- & gt;

Tableau Sujet Caractéristiques démographiques, caractéristiques cliniques et prévalence du test du virus de l’hépatite B VIH / VHB VHB P Valeur n =% n =% Âge, moyenne SD Femme Sexe Ethnicité & lt; Asiatique Noir / Afro-Américain Hispanique / Latino Autre Blanc / Caucasien Co-infection au VHC Antécédents familiaux de CHC & lt; Tenofovir & lt; Truvada & lt; Lamivudine & lt; Entécavir & lt; Adefovir FIB- Score, moyenne SD FIB- Score, médiane FIB- & gt; Charge virale indétectable du VHB, visite une charge virale indétectable du VHB, visite une positivité HBeAg, visite & lt; HBeAg Positivité, visite Positif CHC CHC Modalité d’imagerie TDM IRM Echographie VIH / VHB VPH P Valeur n =% n =% Âge, moyenne SD Femme Sexe Ethnicité & lt; Asiatique Noir / Afro-Américain Hispanique / Latino Autre Blanc / Caucasien Co-infection au VHC Antécédents familiaux de CHC & lt; Tenofovir & lt; Truvada & lt; Lamivudine & lt; Entécavir & lt; Adefovir FIB- Score, moyenne SD FIB- Score, médiane FIB- & gt; Charge virale indétectable du VHB, visite une charge virale indétectable du VHB, visite une positivité HBeAg, visite & lt; Positivité de l’HBeAg, visite positive Modalité d’imagerie du CHC du CHC Posologie IRM Ultrason Abréviations: TDM, tomodensitométrie; FIB-, score FIB-indice pour approximer la fibrose du foie, avec score & gt; évocateur de cirrhose; HBeAg, antigène de l’hépatite B; VHB, virus de l’hépatite B; HCC, carcinome hépatocellulaire; VHC, virus de l’hépatite C; VIH, virus de l’immunodéficience humaine; IRM, imagerie par résonance magnétique; SD, écart typea Taille de l’échantillon pour le VIH / VHB: les sujets n’avaient pas de charge virale VHB contrôléeVérifier Grand

Point de terminaison principal

Les fournisseurs de VIH ont été dépistés moins fréquemment pour le P & T; que sur les hépatologues Figure Sur un an, seulement% des patients vus dans les pratiques VIH ont terminé le dépistage du CHC comparé au% observé dans les pratiques hépatologiques Dans ceux dépistés,% des patients VIH / HBV présentaient des signes de CHC par rapport au%

Figure Vue largeTélécharger la diapositiveComparer les taux d’ordonnancement et d’achèvement des tests de dépistage du CHC au fil des ans chez les patients co-infectés par le VIH / VHB et les patients monoinfectés par le VHB P & lt; Abréviations: VHB, virus de l’hépatite B; HCC, carcinome hépatocellulaire; VIH, virus de l’immunodéficience humaineFigure View largeTélécharger la diapositiveComparer les taux de prescription et d’achèvement du test de dépistage du CHC au fil des ans chez les patients co-infectés par le VIH / VHB et monovigilés par le VHB P & lt; Abréviations: VHB, virus de l’hépatite B; HCC, carcinome hépatocellulaire; VIH, virus de l’immunodéficience humaine Comme la co-infection par le VIH n’a pas été identifiée comme un facteur de risque indépendant du CHC, tous les sujets ont été examinés par les mêmes facteurs à risque élevé définis par l’AASLD pour le CHC. D’après l’ethnicité seule, de nombreux patients des deux groupes répondaient aux critères AASLD pour le dépistage systématique du CHC. Dans les pratiques VIH, il n’y avait pas d’association significative entre le dépistage du CHC et l’ethnie noire ou asiatique. et l’achèvement ont été évalués par des facteurs de risque de CHC. Figure Moins de% de sujets VIH / VHB dans les pratiques de VIH ont terminé le dépistage du CHC malgré des caractéristiques qui les exposaient à un risque élevé de CHC

Tableau Pourcentage de sujets ayant une association américaine pour l’étude des maladies hépatiques Facteurs à haut risque pour le carcinome hépatocellulaire VIH / VHB VHP P Valeur n =% n =% Antécédents familiaux de HCC HBeAg Cirrhose positive par FIB- & gt; Co-infection par le VHC ADN du VHB & gt; IU / mL et âge & gt; un âge masculin asiatique & gt; & lt; Âge féminin asiatique & gt; Âge noir et gt; & lt; HIV / HBV HBV P Valeur n =% n =% Antécédents familiaux de HCC HBeAg Cirrhose positive par FIB- & gt; Co-infection par le VHC ADN du VHB & gt; IU / mL et âge & gt; un âge masculin asiatique & gt; & lt; Âge féminin asiatique & gt; Âge noir et gt; & lt; Abréviations: FIB-, score FIB-indice pour approximer la fibrose du foie, avec score & gt; évocateur de cirrhose; HBeAg, antigène de l’hépatite B; VHB, virus de l’hépatite B; HCC, carcinome hépatocellulaire; VHC, virus de l’hépatite C; VIH, virus de l’immunodéficience humaine, ADN du VHB & gt; IU / mL et âge & gt; = patients au-dessus de l’âge qui ont une élévation persistante des taux de charge virale de l’ADN de l’hépatite B au-dessus de IU / mLView Large

Figure Vue large Diapositive de téléchargement du dépistage du CHC délimité par les facteurs de risque Abréviations: FIB-> FIB- score de l’indice de fibrose approximative du foie, avec score & gt; évocateur de cirrhose; ADN du VHB & gt; UI / mL et âge> g, patients âgés de plus de 2 ans qui présentent des taux de charge virale d’ADN de l’hépatite B constamment élevés au-dessus de IU / mL; HBeAg, antigène de l’hépatite B; HCC, carcinome hépatocellulaire; VHC, virus de l’hépatite C; HEP, hépatite; VIH, virus de l’immunodéficience humaineFigure View largeTélécharger Diapositives de dépistage du CHC délimitées par des facteurs de risque Abréviations: FIB-> FIB- score de l’indice de fibrose approximative du foie, avec score & gt; évocateur de cirrhose; ADN du VHB & gt; UI / mL et âge> g, patients âgés de plus de 2 ans qui présentent des taux de charge virale d’ADN de l’hépatite B constamment élevés au-dessus de IU / mL; HBeAg, antigène de l’hépatite B; HCC, carcinome hépatocellulaire; VHC, virus de l’hépatite C; HEP, hépatite; VIH, virus de l’immunodéficience humaineEn analyse multivariée, lieu de pratique VIH vs hépatologie et âge du sujet étaient significativement associés aux taux de dépistage du CHC Les sujets de la cohorte VHB observés dans les pratiques hépatologiques avaient% CI, , P valeur & lt; les risques de dépistage du CHC sont plus élevés que les sujets co-infectés VIH / VHB observés dans les pratiques VIH, ajustés pour l’âge En outre, pour chaque augmentation d’âge, les chances de dépistage du CHC étaient% CI, , P valeur = fois plus faible Les différences d’origine ethnique n’étaient pas statistiquement significatives lorsqu’elles étaient ajustées pour le groupe Il n’y avait pas d’association significative entre la charge virale du VIH ou du VHB et la fréquence de l’achèvement du test de dépistage du CHC ou de l’ordre

Critères secondaires

Les fournisseurs de VIH dépistés plus souvent pour l’immunité contre le VHA P = mais moins fréquemment la charge virale du VHB surveillée P & lt; , HBeAg et anti-HBe P & lt; , HBsAg et anti-HBs P & lt; comparé avec hépatologues Figure

Figure Vue largeDownload glissement Comparaison des taux de surveillance en laboratoire du VHB et du VHA au cours des années chez les patients co-infectés par le VIH / VHB et les patients monoinfectés par le VHB Abréviations: VHA, virus de l’hépatite A; HBeAg, antigène de l’hépatite B; HBsAg, antigène de surface de l’hépatite B; VHB, virus de l’hépatite B; VIH, virus de l’immunodéficience humaineFigure View largeTélécharger la diapositiveComparer les taux de surveillance du VHB et du VHA au cours des années chez les patients co-infectés par le VIH / VHB et VHB monoinfectés Abréviations: VHA, virus de l’hépatite A; HBeAg, antigène de l’hépatite B; HBsAg, antigène de surface de l’hépatite B; VHB, virus de l’hépatite B; Le VIH, virus de l’immunodéficience humaine L’utilisation d’un fournisseur VIH / hépatite a été examinée pour des différences significatives dans le dépistage et la surveillance Les patients qui ont été vus par un fournisseur de VIH / hépatite en plus de leur principal fournisseur de VIH avaient des taux significativement plus élevés de dépistage du VHA P =, HBeAg et la surveillance anti-HBe P =; Cependant, il n’y avait qu’une tendance positive P = vers des taux plus élevés de dépistage du CHC Les sujets des dispensaires du VIH qui avaient un VIH mal contrôlé avec des charges virales VIH détectables avaient également des charges virales HBV détectables P & lt; Taux de dépistage du VHA P & lt; , HBeAg et anti-HBe surveillance P & lt; , et HBsAg et anti-HBs de surveillance P & lt; étaient significativement plus élevés chez les patients atteints de VIH avec des charges virales VIH indétectables

Résultats du sondage

Parmi les prestataires qui ont reçu l’enquête électronique,% ont répondu avec /% des fournisseurs de VIH et /% des hépatologues. Les scores moyens sur les questions basées sur la connaissance étaient similaires entre les% et les hépatologues% L’annexe supplémentaire contient une liste des scores moyens corrects. Les hépatologues ont déclaré se sentir plus à l’aise pour soigner les patients infectés par le VIH que les fournisseurs de VIH, avec% des prestataires de VIH signalant au moins un certain inconfort comparé au% des hépatologues. les hépatologues signalent au moins une certaine gêne par rapport aux% des fournisseurs de VIH Les non-adhérents déclarés aux lignes directrices de l’AASLD pour le CHB étaient similaires dans tous les groupes, avec% -% des deux groupes déclarant ne jamais suivre ou ne jamais suivre les directives. temps, et% des fournisseurs de VIH ont déclaré suivre les lignes directrices de l’AASLD parfois

DISCUSSION

Les fournisseurs de VIH ont placé significativement moins d’ordonnances de dépistage du HCC que les hépatologues Notre étude a montré une observance suboptimale dans les pratiques de VIH avec seulement% des sujets co-infectés VIH / VHB complétant le dépistage sur une période d’un an. Seulement% de leurs patients co-infectés VIH / VHB ont subi au moins un test d’imagerie de dépistage du CHC dans leurs cliniques VIH Compte tenu du risque accru de décès lié à une maladie hépatique dans la co-infection VIH / VHB et un risque accru Cette étude et les résultats publiés indiquent clairement que l’amélioration des pratiques de dépistage du CHC devrait être une priorité pour les cliniciens du VIH qui soignent des patients co-infectés par le VIH / VHB. Les raisons d’une mauvaise observance des directives de dépistage AASLD HCC dans les pratiques VIH sont probablement multifactorielles. trouvé des preuves que les fournisseurs n’ont pas réussi à commander des tests, et que les patients n’ont pas terminé tous les tests qui ont été commandés D’intérêt, nous ont constaté des taux plus élevés de surveillance clinique en HBV chez les patients avec un VIH bien contrôlé suggérant que les prestataires du VIH pourraient se concentrer sur les soins du VIH plutôt que sur le HBV chez les patients avec une infection VIH mal contrôlée. La charge virale VIH indique que les tests d’imagerie ne sont pas toujours ordonnés, même chez les patients VIH bien contrôlés. Il existe également un taux plus élevé de CHC sans complication dans les pratiques VIH, ce qui peut indiquer une population de patients moins adhérents ou des obstacles plus importants. Il existe peut-être un manque de connaissances sur les facteurs de risque de CHC chez les patients co-infectés, compte tenu des faibles taux d’antécédents personnels et familiaux de CHC dans notre cohorte VIH / VHB, mais notre étude montre que cette population présente d’autres facteurs de risque. De plus, bien que les résultats de notre enquête aient démontré que les fournisseurs de VIH avaient des scores de connaissances similaires c comparé aux hépatologues, il peut y avoir un écart entre les connaissances et la façon dont cela se traduit par les soins prodigués dans la pratique clinique. Il est possible que les fournisseurs de VIH aient acquis des connaissances supplémentaires sur le VHB entre janvier et novembre; Cependant, les directives actuelles de gestion de l’AASLD CHB ne traitent pas directement des soins pour les patients co-infectés par le VIH / VHB, et cela devrait être caractérisé dans la prochaine mise à jour des lignes directrices. Des séances de formation pour les fournisseurs de VIH axés sur les soins de l’hépatite et des rappels cliniques peuvent être bénéfiques pour augmenter les taux de conformité Ensembles d’ordonnances médicales électroniques préremplies et modèles de notes d’évolution pour les soins CHB, y compris les tests de laboratoire et le dépistage du CHC pourraient être envisagés pour améliorer l’observance du prestataire. L’utilisation d’un recours aux services de référence pour la co-infection VIH / hépatite lors des pratiques VIH peut également améliorer le respect de la gestion recommandée par l’AASLD; Cependant, notre étude montre que l’utilisation de ce service spécialisé était assez limitée et que leur performance était inférieure à celle des hépatologues. Notre étude rétrospective des pratiques de gestion du CHB était limitée par sa nature rétrospective, sa taille relativement petite et son orientation unique. Les antécédents familiaux de CHC dans les deux groupes de patients sont représentés de manière incorrecte en raison d’une cartographie incomplète des dossiers médicaux Des tests sérologiques peuvent avoir été ordonnés mais non exécutés; En conclusion, les fournisseurs de VIH ont prescrit beaucoup moins de tests de dépistage du CHC que les hépatologues. Les interventions éducatives axées sur les soins du CHB pour les fournisseurs de VIH et les outils cliniques tels que les rappels de dépistage, les ensembles de commandes et les modèles de notes de progrès. tous améliorent l’observance, mais d’autres études sont nécessaires Dans le cadre du recours accru à des indicateurs de qualité pour les soins, les patients et leurs prestataires bénéficieront d’une plus grande adhésion aux directives établies

Remarques

Remerciements Les auteurs souhaitent remercier Demetre Daskalakis, MD, MPH, et Sanders Chang, MS, pour leurs contributions à ce travail. Soutien financier Le travail a été soutenu en partie par DK, DA et CA à AD BP Conflits d’intérêts potentiels La DTD reçoit une compensation financière en tant que consultant, conférencier rémunéré, et pour son service sur des conseils scientifiques d’entreprises qui développent ou évaluent des médicaments utilisés pour le traitement de l’hépatite virale. Ces entreprises comprennent Boehringer Ingelheim, Bristol-Myers Squibb, Gilead Sciences, Vertex Pharmaceuticals, Merck & amp; Co, Inc, et Hoffman La Roche, Inc la société mère de Genentech Il reçoit également une rémunération de Tibotec, Novartis, Achillion, Idenix, Pfizer et Kadmon Tous les autres auteurs ne signalent aucun conflit potentiel Tous les auteurs ont soumis le formulaire ICMJE pour la divulgation des conflits potentiels d’intérêt Les conflits que les éditeurs jugent pertinents pour le contenu du manuscrit ont été divulgués