La consommation de cannabis est un facteur de risque de schizophrénie

La consommation de cannabis à l’adolescence, mesurée par le questionnaire d’auto-évaluation, est associée à un risque accru de schizophrénie. Dans une étude de cohorte historique portant sur 507 conscrits suédois, Zammit et ses collaborateurs (p gonadotrope. 1199) rapportent que la consommation de cannabis à l’adolescence est un facteur de risque de schizophrénie, indépendant des effets d’autres drogues ou traits de personnalité sociale. La prise en compte de ces risques est importante à la lumière des débats sur la légalisation de la consommation de cannabis. Dans une cohorte néo-zélandaise, Arseneault et ses collègues (p. 1212) ont constaté que la consommation de cannabis chez les adolescents est un facteur de risque de schizophrénie, même après ajustement pour les psychoses infantiles préexistantes. Leur étude longitudinale montre que l’usage précoce de cannabis (à 15 ans) présente un risque plus élevé que l’usage ultérieur (à 18 ans). Le risque était spécifique au cannabis, plutôt qu’à d’autres drogues. L’étude soutient les efforts visant à décourager l’usage du cannabis chez les adolescents psychologiquement vulnérables. SIPA PRESS / REX