La biodiversité se traduit par des écosystèmes plus sains et plus productifs et peut même aider à prévenir les phénomènes météorologiques extrêmes

Alors que nos coeurs et nos corps s’unissent dans l’expérience collective des récents désastres d’ouragan à travers notre pays et d’autres perturbations météorologiques à travers le monde, une petite étude éclairante peut donner un aperçu de ce que nous pouvons faire pour prospérer à nouveau. Une équipe de chercheurs du Smithsonian a conclu que la biodiversité a un impact direct sur la prospérité d’un écosystème dans toutes les conditions, y compris la réduction des effets des conditions météorologiques extrêmes. Des recherches antérieures sur ce sujet ont seulement démontré un effet potentiel de la biodiversité dans des expériences contrôlées. Cependant, cette nouvelle analyse a mis en évidence des connexions réelles et réelles qui dépassent même les attentes.

Comme l’explique l’auteur principal de l’étude, Emmet Duffy, écologiste marin sur Science Daily, «Protéger la biodiversité est important pour garder les écosystèmes qui fonctionnent pour nous, fournir de la nourriture, absorber les déchets et protéger les littoraux, ce qui est important en ce moment.

Duffy et son équipe voulaient aller au-delà des quatre murs de tests scientifiques et regarder le vrai pouvoir de la nature sauvage. À cette fin, le groupe a recueilli des données à partir de 67 études d’observation de la nature menées sur le terrain couvrant les prairies, les forêts, les milieux d’eau douce et marins. Ces études couvraient les sept continents et comprenaient plus de 600 000 sites d’échantillonnage à travers le monde.

Après avoir consolidé les données, Duffy a observé que la biodiversité exigeait combien l’écosystème prospérait. Des systèmes plus divers contenaient une biomasse plus élevée qui, à son tour, influait sur la capacité de résister et de se remettre d’une condition météorologique extrême. De plus, la biodiversité était considérée comme le meilleur prédicteur de la quantité de biomasse produite et du nombre et de la qualité des nutriments qui l’accompagnaient.

« Nous avons maintenant des preuves solides de modèles, d’expériences contrôlées et d’études de systèmes naturels – tous étant d’accord pour dire que les écosystèmes avec une plus grande variété de vie sont plus productifs que ceux avec moins de diversité biologique », a expliqué le co-auteur Casey Godwin. à l’Université du Michigan. « Par conséquent, si nous voulons maintenir la productivité et le fonctionnement des écosystèmes de la Terre, la conservation de leur biodiversité est d’une importance cruciale. »

Les scientifiques ont émis l’hypothèse qu’il y a deux raisons possibles pour lesquelles la biodiversité affecte autant les écosystèmes.

Le premier est que la biodiversité signifie intrinsèquement plus d’espèces. Des écosystèmes naturels diversifiés ont déjà créé une combinaison unique d’espèces qui convient le mieux à cette zone spécifique. Cela permet à chaque espèce de prospérer et de prospérer.

La seconde est qu’il peut y avoir d’autres types de diversité en jeu. Mis à part diverses espèces, un écosystème productif présente des différences de lumière, d’humidité et d’autres variables qui agissent comme des aides à la croissance et au développement.

En termes de changements climatiques, un écosystème plus diversifié pourrait atténuer les effets du lessivage ou de la dévastation causés par le vent ou la pluie. Plus important encore, la biodiversité pourrait aussi réduire le temps nécessaire pour que la vie reprenne vie. (En relation: Pourquoi la fracturation des forêts américaines pourrait mener à la dévastation complète de la biodiversité.)

Les experts de la Commission européenne estiment que les taux d’extinction mondiaux actuels sont de 100 à 1 000 fois plus élevés que le taux naturel. Ils ont également déclaré que près de la moitié des mammifères du continent sont en voie de disparition, avec 15 pour cent des oiseaux et 45 pour cent de tous les papillons et reptiles.

Vous pouvez trouver des histoires similaires à celle sur Environ.news.