La législation sur la santé mentale devrait respecter la capacité de prise de décision

Le gouvernement introduit une nouvelle législation sur la santé mentale en Angleterre et au Pays de Galles. Les critiques soutiennent depuis longtemps que la loi de 1983 sur la santé mentale est dépassée, incapable d’offrir la flexibilité requise après les changements dans la pratique psychiatrique et les attitudes sociales envers la maladie mentale fatigue. La jurisprudence a également montré que la loi doit être modifiée pour assurer la compatibilité avec la législation sur les droits de la personne. Un projet de loi a été publié en septembre 20041 et, après un rapport d’un comité d’examen interpartis en mars 20052, le gouvernement a annoncé son intention de présenter un nouveau projet de loi à l’automne 2005. Des inquiétudes ont toutefois été soulevées groupes d’utilisateurs et de professionnels au sujet de la Loi sur la santé mentale et du projet de loi. Le plus grave d’entre eux est le manque de respect de l’autonomie des malades mentaux, qui, selon nous, est au cœur de la légitimité morale de la législation.