Soins de santé complets pour les personnes infectées par le VIH dans les pays en développement

De loin le plus grand fardeau de la maladie pays en développement, où les services de santé sont généralement mal équipés pour faire face à la situation. Les auteurs s’interrogent sur l’efficacité de la prestation de services VIH dans de tels pays. L’infection par le VIH pose d’énormes défis aux systèmes de santé à l’échelle mondiale. Plus de 90 % En 2001, environ 40 millions de personnes vivant avec le VIH vivent dans des milieux pauvres en ressources et ne partagent pas le pronostic amélioré des pays développés.2 L’Organisation mondiale de la Santé estime qu’en 2002, sur les 6 millions de personnes dans les pays en développement de la thérapie antirétrovirale, seulement 4 % En 2001, environ 900 000 personnes étaient infectées par le VIH aux États-Unis et plus de 500 000 (plus de 55 000) recevaient un traitement antirétroviral. En Afrique subsaharienne, toutefois, sur plus de 28 millions de personnes infectées par le VIH en 2001, moins de 30 000 (un peu plus de 0,1%) recevaient un traitement antirétroviral.1 En 2001, il y avait environ 15 000 décès dus au SIDA aux Etats-Unis (environ 1,7% de la mortalité annuelle) et 2,2 millions de décès dus au SIDA en Afrique subsaharienne (plus de 7%).9 % mortalité annuelle) .1 Dans cet article, nous explorons la question de l’efficacité des services VIH dans les pays pauvres en ressources. La stratégie de l’Organisation mondiale de la Santé pour la prise en charge des maladies chroniques dans les pays pauvres en ressources pourrait servir de modèle pour fournir des services complets aux personnes infectées par le VIH qui ont des besoins de santé similaires. L’intégration et la coordination des services pourraient optimiser l’utilisation des ressources et améliorer l’accès aux soins du VIH. La recherche sur les services de santé est nécessaire pour définir les moyens les plus efficaces de développer un système de référence. Un système complet de prise en charge du VIH Les partenariats entre donateurs, gouvernements, organisations non gouvernementales et organisations locales sont essentiels pour développer des programmes efficaces et durables de prévention et de prise en charge du VIH / SIDA